Interview de Davy Mourier

19 mars 2016

9782756071060_1_75Quel est le premier livre que vous vous souvenez avoir lu ?

C’est très difficile comme question. Ma mémoire est flou de ce coté là. Je pense que c’est soit une BD des Schtroumpfs, soit Gaston… peut-être Astérix.

En vrai, ça doit être un livre du type Petit ours brun mais des années 70 ^^. Petit ours arc en ciel peut-être. Mon premier souvenir de dessin animé c’est La Bataille des planètes.

Quelle est la première histoire que vous avez souhaité raconter ?

J’étais au CP. Ça s’appelait L’Épée. Ma première bande dessinée que je faisais dans des cahiers à carreaux. Ça racontait les aventures d’un chevalier en armure avec un aigle sur le torse et une poignée d’épée fixé sur le dessus du bras gauche. Lorsque le héros prenait la poignée dans sa main une lame de feu sortait du manche de l’épée. Oui, grosse inspiration Star Wars, mais quand on est enfant on n’invente pas beaucoup, on copie comme Math Podcast. Je ne suis pas sur d’avoir vu Star Wars enfant mais j’adorais le dessin animé américain qui copiait allègrement Star Wars, Conan le barbare et La Planète des singes (oui, oui les trois en même temps) : Arok le barbare.

Quelle est la part de l’écriture dans l’ensemble de vos activités ?

C’est la base. Le plus important. C’est l’envie de raconter qui est le début de tout. Que ce soit mon travail en BD, ou en Web série.

Pensez-vous qu’il faille être un grand dépressif pour être un bon auteur ?

Non, heureusement. Mais je pense qu’il y a un truc qui ne va pas dans notre cerveau quand on est auteur. Si on est heureux on profite de la vie, des autres, on voyage, etc…

Quand tu prends ton pied à créer des mondes imaginaires, c’est que le monde dans lequel tu évolues te déçoit, t’angoisse ou que sais-je. Moi, je fuis dans l’imaginaire ce que je ne maîtrise pas, on ne maitrîse pas l’amour et la mort : alors j’écris dessus.

Pensez-vous qu’il faille être un grand nostalgique pour lire Minitel et fulguropoing ?

Oui. Ou alors être né dans les années 70 et avoir aimé son enfance. Moi, j’ai adoré mon enfance, c’était tellement bien d’attendre le prochain épisode des Chevaliers du zodiaque. Tellement bien de prendre un goûter devant Croque-Vacances en ne voyant aucune limite de temps à la vie.

Est-ce que le succès de La Petite mort vous a permis la grande vie ?

Non. Je ne suis pas riche mais je ne suis pas dans le besoin. Ce que La petite mort a permis c’est deux choses magnifiques : La liberté et la confiance.

Je suis libre parce que maintenant je peux refuser les boulots qui ne me plaisent pas. Je refuse de participer à des opérations publicitaires par exemple ou à faire des sketchs « sponsorisés ».

La confiance, parce qu’aujourd’hui je ne galère plus à vendre un projet BD et c’est vraiment rare. J’ai conscience d’avoir beaucoup de chance de ce coté là.

La vie d’auteur est une drôle de vie. Avez-vous une anecdote amusante à nous raconter ?

Un jour de dédicace dans une petite ville de France. Le libraire vient me chercher gentiment à la gare. On marche pour aller au resto et on discute. Sur le chemin le libraire me dit : Ah au fait ton co-auteur à dit qu’il passerait te voir pendant la dédicace. Je ne comprends pas de qui on parle et je demande : Le co-auteur de quelle BD ? On me répond : Ben, La Petite mort ! Je ne comprends pas, je suis le seul auteur de la BD et… effectivement un type c’était fait passer pour le co-scénariste et il est venu me voir sans se dégonfler pendant la dédicace. Parfois les gens sont magnifiques. 🙂

Que se racontent deux auteurs de BD de sexe carrément opposé qui se rencontrent sur le web ?

Je ne vais pas le raconter. Autant lire Relation Cheap aux éditions Delcourt, une BD faite avec Elosterv.

Que nous réservez-vous pour 2016 ?

Le plus possible. J’anime sur Nolife l’émission 101 PUR 100 tous les lundis à 19h en direct.

Une BD en juin qui s’appelle : Loup-Phoque.

Une BD en septembre : Super Caca avec Stan Silas.

Une BD en septembre : Dieu n’aime pas papa avec Camille Moog.

Et en octobre : La Petite Morte la presque suite de La Petite mort.

Voilà pour la BD. Je travaille avec France 4 nouvelles écritures sur plusieurs projets qui ne sont pas encore signés, mais bien avancé : Reboot saison 2, My Tube une série sur la vie d’un mec qui fait des vidéos sur Youtube et sur sa bite aussi et le dessin animé de La petite Mort.

Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?

Traquemage, pour les fans de fantasy qui en on en peu marre de la fantasy 🙂 Cette BD est très drôle.

!cid_4AA3FBFF-BF16-43C2-9816-62CF89EF1364Davy Mourier est un des créateurs et comédien de la web série geek  NerdZ et du Golden Show (avec M. Poulpe et François Descraques, produit par Alexandre Astier).

Il est l’auteur de la BD à succès La petite Mort chez Delcourt.

Après un cours passage chez Golden Moustache, il co-écrit avec Lewis Trondheim la série Reboot qu’il réalise pour France 4 nouvelles écritures.

Il est aussi sur scène avec deux spectacles : Petite Dépression entre amis et Anecdotes.

Pour en savoir plus sur Davy Mourier : badstrip.net

Photo : Vincent Anceaume



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *