Interview de Pedro Alves

13 mai 2016

Sanglots dans la voie (Des)_couvJaquetteQuel est le premier livre que vous vous souvenez avoir lu ?

Mes parents m’avaient acheté la série de L’Étalon noir, voilà mes premiers souvenirs littéraires. Ensuite j’ai enchaîné avec quelques ouvrages de Guy des Cars, autour de 10 ans. La Brute en particulier, qui m’a tenu en haleine avec l’histoire de cet homme sourd aveugle et muet accusé de meurtre.

Et j’ai très vite enchaîné avec Daniel Pennac, le chouchou de mon adolescence.

Pensez-vous qu’il faille être un grand lecteur pour être un bon auteur ?

Non. L’écriture vient des tripes, du vécu.

Les grands lecteurs et autres virtuoses de la langue française sont indiscutablement légitimes à parler littérature, mais selon moi, il y a une chose qui ne s’acquiert pas, c’est le talent.

En lisant un seul livre, si tant est qu’il soit une oeuvre légendaire, il est possible pour un auteur né, de comprendre les codes qui l’aideront à faire naître son premier ouvrage.

Vous étiez Aaron dans la comédie musicale Les dix commandements. Selon vous, quels seraient les commandements de l’auteur ?

1/ La vie tu observeras.
2/ Les autres tu comprendras.
3/ Ton travail tu soigneras.

Sans oublier la chose la plus importante :

4/ L’inspiration tu ne chercheras pas !

Ou elle vient à toi, ou tu laisses tomber pour aujourd’hui… Mettre une journée à écrire 10 lignes, c’est l’assurance qu’il n’y en a pas une de bonne.

La création est un cadeau, j’en suis convaincu.

Ecrivez-vous les paroles de vos chansons ?

Et bien j’ai mis du temps à le faire, mais c’est aujourd’hui le cas effectivement.

Il m’a fallu attendre d’avoir des choses à dire sûrement… Ou plutôt d’en avoir tiré des leçons satisfaisantes. Et pour ce faire, laisser la vie m’apporter son lot de surprises… Des emmerdes aux amours, des trahisons aux rayons de soleil… Encore une preuve que le travail n’est que la phase finale du talent et du vécu.

Pensez-vous que les textes de chansons puissent avoir une vie sans la musique ?

C’est mon objectif premier, et ce que m’ont transmis les grands maîtres de la chanson française. Malheureusement c’est plutôt rare aujourd’hui.

La vie de chanteur est une drôle de vie. Avez-vous une anecdote amusante à nous raconter ?

Hahahah! Ça dépend du chanteur ça. Un jour où je répétais une chanson dans ma chambre d’hôtel, l’occupant de la chambre voisine est devenu fou ! Tapant au mur, hurlant des noms d’oiseaux… Pris d’une volonté d’en découdre avec le con que j’étais devenu à ses yeux, il tambourina à ma porte !

Au moment où j’ai ouvert, je suis passé dans ses yeux du cinglé à faire taire au chanteur des Dix commandements qu’il avait vu la veille au Zénith… Il repartit en me félicitant, et en me proposant de couper sa TV au cas où celle-ci pourrait déranger ma concentration. Le pouvoir de la médiatisation est vraisemblablement salvateur dans certains cas…

Vous venez de sortir Des sanglots dans la voie. Pouvez-vous nous en dévoiler l’histoire ?

C’est l’histoire de Diego, un artiste paumé et sur le retour, qui prend conscience qu’il a tout entre ses mains pour construire la vie dont il rêve. C’est en découvrant l’histoire de son grand-père, qu’il comprend enfin la chance qui est la sienne de vivre en France, à notre époque. Lui qui ne voyait que du noir autour de lui, finit par penser qu’il
devrait avoir honte. Que sa position de petit fils d’immigré empâté dans son confort n’est pas digne du courage dont a fait preuve son aïeul…

Comme tout premier roman, celui-ci est-il autobiographique ?

Nombreux sont les Tanguys et autres descendants d’immigrés qui pourraient faire de cet ouvrage une autobiographie… Je pourrais être Diego… À ce détail près, que nos vies sont différentes…

Ce livre fut écrit à l’encre de mes émotions. D’ailleurs, est-il possible d’écrire autrement qu’avec son propre cerveau ?

Et c’est quoi la suite ?

Vivre…. Aimer… Partager… Et si cela aboutit sur de nouvelles aventures, elles pourraient être discographiques… Théâtrales… Scéniques… Littéraires… Tout est prévu, tout viendra, peu importe dans quel sens. Le seul rendez-vous programmé, est de donner chaque jour à mes filles de quoi être heureuses, et de profiter de la chance que j’ai
d’avoir une femme comme la mienne.

Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?

Échec et masque de Yan le Vernoy. Je vous souhaite que ce soit le prochain entre vos mains. C’est mon agent
qui tient l’avenir de ce livre. Surprise prochainement donc !

Et Trop vite de Nabilla aussi. Nan je déconne. Mais quelle idée formidable ! Enfin un papier toilette qui
se lit. Ça change des motifs traditionnel non ? 😉

IMG_1439

Pedro Alves publie son premier roman aux Editions Fortuna : DES SANGLOTS DANS LA VOIE, paru le 11 avril 2016, préfacé par Linda de Suza – 4ème de couverture de Patrice Guirao. En mars, l’auteur était en avant-première au salon du livre de Paris.

Pedro Alves termine son prochain roman.

Il est Directeur Artistique, réalisateur et compositeur/interprète sur un projet surprenant à sortir fin 2016 et prépare son prochain album !

Et il annoncera très prochainement une belle nouvelle !

Après six années de Conservatoire, à dix-huit ans, Pedro Alves arriva à Paris et intégra la prestigieuse école de spectacle Studio Alice Dona pendant quatre ans ; ce qui lui apprendra son métier, lui permettra de faire des tournées avec plusieurs troupes et de participer à divers spectacles et albums. S’en suivirent deux ans encore au Conservatoire de Carcan. En 1998, Pedro Alves fut sélectionné au Concours de l’Eurovision.

En 2000, il devint Aaron dans la comédie musicale LES DIX COMMANDEMENTS. Il assurera son rôle durant les 320 dates de tournée devant plus d’un million et demi de spectateurs. 8 millions de disques seront vendus. Après ce tourbillon scénique et médiatique, il fut signé en solo, en 2004, par le PDG de Warner Music France et sortit son album ATTENTION FRAGILE – single REGARDER UNE FEMME signé par Pascal Obispo – titre interprété à l’élection de Miss France la même année. Puis, il eut l’opportunité d’être le Directeur artistique et de projet pour Johnny Hallyday de 2007 à 2009. Ensuite, Pedro Alves fut producteur et programmateur de concerts au Sentier des Halles à Paris. Sollicité par la troupe de la comédie musicale GREASE en 2009, il fit un triomphe à Paris au Théâtre Comédia, au Palais des Congrès ainsi que 3 jours à Bercy et pour plus de 150 dates en tournée.

Pedro Alves fut deux ans Coach scénique/vocal, à la création et au développement de spectacles pour l’Académie Internationale de comédie musicale au Centre du Marais à Paris. En 2010 il créa Serial Liver et fut Directeur de cette société de production de spectacles jusqu’en 2013. De 2012 à 2014, Pedro Alves ouvrit et géra le Music Str’Eat, un restaurant en Bourgogne, avec le concept de scène ouverte aux artistes. En 2015, Pedro Alves qui réside à Paris vient de terminer un livre, et un album au concept inédit. Pedro Alves continue sa tournée des Ambassades Françaises à travers le monde.

Pour en savoir plus Pedro Alves : www.dompedroalves.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *