Interview de Jean-Marie Polet

2 mai 2015

Jean-Marie Polet
éditions Jets d'encre
Auteur
FR

TurevcouvQuel est le premier livre que vous vous souvenez avoir lu ?

Après avoir dévoré les collections de BD de mes frères aînés, le premier « vrai » livre auquel je me suis attaqué, fut L’île au trésor de Stevenson, suivi de près par Moby Dick de Melville.

Dans quelles circonstances avez-vous écrit votre première nouvelle ?

C’était lors d’un atelier d’écriture d’une semaine, au sein du collectif d’écrivains dont je faisais partie. En 1990, si mes souvenirs sont exacts.

Pourquoi écrivez-vous ?

Pour le plaisir d’être lu, de partager mes textes avec un public. J’ai commencé par le cercle familial. Les amis et connaissances un peu plus tard, suivis par les collègues de travail. La publication de mon premier recueil de nouvelles m’a permis de toucher un public plus large.

Pensez-vous qu’il faille être un grand lecteur pour être un bon auteur ?

Ça me paraît indispensable, en effet ! Il me parait bien difficile d’accéder à un niveau d’écriture intéressant, sans se « nourrir » des écrits d’autres auteurs ! Mais de grands dévoreurs de livres peuvent n’être que de piètres auteurs …

Vous êtes régulièrement invité sur des salons littéraires. Que vous apporte le contact direct avec le lecteur ?

L’écriture étant, si j’ose dire, un plaisir solitaire, la rencontre avec ceux pour qui j’écris, permet d’échanger, de confronter nos points de vue. Leurs réactions sont souvent riches d’enseignements… et l’occasion pour moi d’apprendre l’humilité !

Que se racontent deux auteurs qui se rencontrent ?

Ils parlent de leur satisfaction si leur dernier bouquin se vend bien, mais ils comparent aussi les services de leurs éditeurs respectifs, des contacts qu’ils ont (ou n’ont pas) avec eux, ils parlent de manière de travailler, des difficultés qu’ils rencontrent, ils s’échangent les adresses de « bons » salons littéraires …

Vous avez sorti deux recueils de nouvelles. Quels sont les ingrédients pour écrire une bonne nouvelle ?

Un point de départ qui accroche le lecteur et qui va lui donner envie de connaître la fin. Un ou deux personnages esquissés à grands traits. Ensuite, quelques rebondissements pour maintenir l’intérêt. Et pour terminer, une chute qui prendra le lecteur par surprise.

Vous sortez votre premier roman, Tu Reviendras. Comment s’est passé le passage de la nouvelle au roman ?

Très difficilement ! C’est un changement complet d’univers dont j’ai découvert petit à petit les difficultés. Rien à voir avec les textes courts dont j’étais coutumier ! A plusieurs reprises, j’ai d’ailleurs failli renoncer, tellement la tâche me paraissait énorme … Pas facile de rester cohérent d’un bout à l’autre, tant sur le plan du récit que sur la psychologie des personnages ou simplement le style d’écriture !

Peut-on en savoir plus sur ce premier roman ?

Journaliste spécialisé dans les disparitions d’enfants, Éric Blanchet se remémore celle de la petite Anaïs, survenue en Provence vingt ans plus tôt. Nostalgique, il reprend l’enquête. Il trouve un soutien immédiat en la personne d’Anne-Sophie, la mère d’Anaïs, qui n’a jamais cessé d’espérer. Elle le met sur une première piste, la photo d’une jeune femme postée sur un réseau social, qui présente de troublantes ressemblances avec l’enfant. Y aurait-il un rapport ? Éric Blanchet ne laisse rien au hasard. Mais plus il dépoussière le passé, plus des zones d’ombre apparaissent dans l’entourage de la disparue…

Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?

C’est Alice de Paul Cabine. Une terrible histoire de vengeance, accomplie comme ça, mine de rien, par une personne que l’on ne pourrait jamais suspecter d’être capable d’une aussi grande perversité…

IMG_1039_crEnseignant d’origine belge, Jean-Marie Polet s’est installé en 2003 à proximité d’Avignon.

Passionné de lecture et de théâtre, animateur d’ateliers d’écriture pendant plus de vingt ans, il est l’auteur de nombreuses nouvelles dont deux recueils publiés aux éditions Jets d’Encre : Menteurs ! (2010), et La demoiselle de Sauveterre (2013).

Son premier roman, Tu reviendras…, vient de sortir.

Pour en savoir plus sur Jean-Marie Polet : leblogdejihem.blog4ever.com



Une réponse à “Interview de Jean-Marie Polet”

  1. Jean Pierre Delmelle dit :

    Bravo ! Encore Bravo ! Mon cousin d’Ecaussinnes ! Je suis très heureux pour toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *