Interview de Maxime Gillio

20 février 2016

VVQuel est le premier livre que vous vous souvenez avoir lu ?

Tu me vouvoies, maintenant ? D’après mon biographe officiel (ma mère), j’ai su lire très très tôt. Alors te dire le premier que je me souviens avoir lu… Je peux te situer le Strange n° 126, juin 1980. Je n’ai plus été le même après. Je peux également te citer le premier roman à m’avoir mis une claque dans la gueule. J’ai bien l’honneur de vous buter, mon premier San-Antonio. Je devais avoir douze ans. Pareil. Je ne m’en suis pas remis.

Pensez-vous qu’il faille être un grand lecteur pour être un bon auteur ?

Ah oui, définitivement oui. Je suis d’ailleurs toujours étonné, quand je lis dans tes interviews, des collègues qui affirment le contraire. Je ne vais pas te refaire l’article sur « on est le fruit de nos lectures, tous ces livres derrière nous qui sont comme autant de petites graines, bla bla bla… » Je ne sais pas si je suis un bon auteur, mais je sais en revanche que la façon dont j’écris, je la dois à Frédéric Dard, à Céline, à Franquin (oui, oui, aussi), à Stan Lee, Balzac, etc. De toute façon, Stephen King l’a dit avant : point d’auteur qui ne soit pas lecteur. Donc si ce bon vieux Stephen l’a dit…

La légende prétend que vous avez commencé à écrire suite à un pari. Vrai ?

Vrai de chez vrai. Mon inestimable Thierry Gautier (que j’embrasse), rédacteur en chef de la revue Le Monde de San-Antonio, avait dû déceler quelque chose à travers les articles que je lui soumettais. Comme il connaissait mon côté un peu joueur, il me l’a faite façon cour de récré : même pas cap d’écrire un roman entier, d’abord ! J’ai voulu lui montrer que c’était moi qui avais la plus grosse, mais dix ans plus tard, je me dis que c’est lui qui m’a bien niqué, au final.

Avez-vous été surpris/déçu par vos premiers contacts avec un éditeur ?

Ni surpris, ni déçu. Après les traditionnels premiers refus, j’ai eu la chance de tomber sur Gilles Guillon, alors créateur de la collection Polars en Nord aux éditions Ravet-Anceau. C’était the right man, at the right place. Il avait besoin de textes qui se passaient dans la région, j’en avais un sous le coude, et banco. Par la suite, il m’en a publié encore quatre, avant que j’aille voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Rétrospectivement, je me dis que j’ai de la chance : avec lui, je n’ai pas eu besoin de coucher pour être publié. C’est par la suite que ça s’est compliqué.

Vous situez-vous comme un auteur de polars ou un auteur humoristique ?

Honnêtement, je ne me pose pas la question. C’est le sujet du bouquin que je vais écrire qui dicte le ton que je vais employer. Maintenant, c’est vrai que j’aime la déconne, et que j’ai besoin parfois de lâcher la vapeur à travers des textes plus légers en apparence, mais pas moins durs à écrire. Et puis je suis en train de passer à autre chose, mais je ne voudrais pas anticiper sur ta neuvième question.

En 2014, vous avez fait un pas de côté dans la littérature de zombie sous pseudonyme. Vous aviez honte ?

La dernière fois que j’ai eu honte, ça doit remonter à 1982 environ. Non, c’était une idée de Sébastien Mousse, l’éditeur : avoir un zombie personnage/narrateur/auteur (le syndrome San-Antonio, quoi, on n’y échappe pas). En outre, il était à l’époque question que j’écrive le premier tome de la série Orcus Morrigan, et que, par la suite, d’autres auteurs puissent éventuellement prendre le relais. D’où ce pseudonyme. Seulement, j’ai tellement pris goût à ce personnage de zombie déjanté, que si Sébastien ne fait ne serait-ce qu’envisager de la confier à un autre auteur, je lui arrache la tête.

La vie d’auteur est une drôle de vie. Avez-vous une anecdote amusante à nous raconter ?

Elles sont impubliables ici, mais que tous mes collègues sachent qu’à force de les fréquenter sur les salons et d’avoir les oreilles qui traînent, j’ai des dossiers sur eux plus épais que ceux de la Stasi.

Votre plus gros succès littéraire sort actuellement en poche. Pouvez-vous nous parler des Disparus de l’A16 ?

Je ne sais pas si c’est le plus gros succès, mais c’est en tout cas celui qui a fait le plus parler… On va faire simple : Virginia Valmain, mon héroïne détective, et sa bande de pieds nickelés, sont la quintessence des mes influences les plus barrées : San-Antonio, bien sûr, mais aussi les Monty Python, Les Nuls, Fluide Glacial, etc. C’est gras, ça tache, ça décoince, et ça fait du bien. Encore une fois, je remercie Gilles Guillon de lui avoir donné une première vie il y a six ans, et Caroline Lamoulie, chez J’ai Lu, d’avoir eu les cojones de rééditer un texte avec un personnage aussi badass.

Et c’est quoi la suite ?

La suite… Alors, courant mars, je vais ressortir mon zombie de sa crypte. Orcus Morrigan va en effet croiser une certaine Felicity Atcock. Avec Sophie Jomain, on est en effet en train de plancher sur un crossover entre sa série à succès et la mienne. Ça va sortir chez Rebelle, et ça s’appellera Les anges ont la mort aux trousses.

Sinon, là, au lieu de répondre à tes questions, je devrais être en train de finir un manuscrit que je dois rendre en mars. Le contrat est signé, donc je pourrais te dire chez qui ça sort, mais j’aime bien jouer les pucelles, donc je ne te donnerai que les initiales : ON (purée, trop dur !). Là, pour le coup, ça n’est ni du polar, ni de l’humoristique. Je sors complètement de ma zone de confort, et je t’avoue que je fais déjà de l’huile, alors que la première mouture n’est pas encore finie. Ah, et en avril 2017 est prévue une parution qui va tous vous faire chialer.

Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?

Lu ou corrigé ?… Allez, le dernier lu : Titus n’aimait pas Bérénice, de Nathalie Azoulai, prix Médicis. Et ce n’est ni du polar, ni de la rigolade.

MGA débuté sa vie professionnelle dans l’enseignement avant de rendre son tablier au bout de douze années de sacerdoce. Comme il en avait assez de corriger les copies de ses élèves, il s’est dit qu’il allait faire autre chose.

Peine perdue, il corrige désormais ses propres fautes et celles de ses nouveaux collègues. Correcteur, chroniqueur, rédacteur… pas moyen de quitter les lettres, même si celles-ci sont désormais de noblesse.

Dix romans publiés pour l’instant, certains d’une noirceur extrême, d’autres complètement déjantés, sous son nom ou sous d’autres.

Surnommé « Henri III » pour sa capacité à enfiler les pages avec une constance qui force l’admiration.

Déteste donner l’impression qu’écrire nécessite de la sueur,  l’élégance consistant à ne pas montrer ses auréoles sous les bras quand on sert la soupe. Raison pour laquelle il ne se départit jamais de ses pulls hideux – mais fétiches – lorsqu’il se met à son bureau.

Pour en savoir plus sur Maxime Gillio : www.maxime-gillio.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *